Boutique Biologiquement.comL’ortie – la plante qui pique notre curiosité

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 7    Moyenne : 4.7/5]

L’ortie bio antioxydant puissant naturel

Bien connue des personnes qui marchent dans les herbes hautes en short, des adeptes de médecine douce ou de cuisine traditionnelle, l’ortie est en fait une vaste famille de plusieurs centaines d’espèces connues sous le nom générique latin de Urtica L. «la pointe brûlante». Herbe annuelle et pérenne, deux espèces sont particulièrement présentes sous nos latitudes, la Urtica Diolca L. et la Urtica Urens. Végétal à deux faces, les orties nous montrent à la fois leurs vertus thérapeutiques et irritantes.

Le piquant de l’histoire

Les premiers écrits relatant de l’usage de l’ortie datent de plus de 3000 ans avant notre ère. C’est ainsi que nous savons que les romains et les grecs utilisaient l’ortie dans les recettes de cuisine pour attendrir la viande. Discorite lui-même se servait des feuilles d’orties comme anti-inflammatoire pour les blessures ouvertes, et du jus d’ortie pour arrêter les saignements de nez. Pline, quant à lui, recommande qu’on s’en frotte les jambes en cas de léthargie ou de morsures de chien. L’antique physicien Phanias, lui, indique l’ortie cuite ou confite pour les problèmes d’estomac.
Outre les usages alimentaires et médicaux de l’ortie que l’on trouve dans toutes les civilisations, elle servait aussi à produire du papier ou en remplacement des fibres de coton. On l’utilisait également dans le textile sous la forme de teinture qui, en Russie, servait à colorer la laine.

L'ortie biologique pour la santé
L’ortie biologique pour la santé

Molécules et dards

Connue ainsi depuis des générations et native d’Eurasie, l’ortie renferme des molécules variées aux propriétés essentielles pour notre vie, mais aussi pouvant entrer dans la guérison de maladies plus complexes comme le cancer.
Pourtant peu étudiée dans le monde scientifique, nous pouvons cependant établir une liste de base de ses ingrédients les plus remarquables pour leur activité biologique:
Acide formique : diurétique
Histamine : inflammation du derme
Acétylcholine : neurotransmetteur
Sérotonine : neurotransmetteur
Lectines: phytomitogène
Polysaccharrides : stimulant des lymphocytes T
Acide malique cafféique : anti-inflammatoire
Caroténoïdes : antioxydant naturel puissant
Acide folique
Chlorophylle
Vitamines B1, B2, B3, C, D, etc…
Oligo-éléments (Fer, Sélénium, magnésium, calcium, cuivre, zinc, etc…)

De l’arbre à la gélule

Si l’ortie bio était populaire dans l’Antiquité et le Moyen-Âge, nous ne lui connaissons que peu d’applications en médecine moderne, mais qui restent de taille, comme le ralentissement du développement des tumeurs chez des patients atteints du cancer de la prostate. Dans les médecines douces, elle fait toute parties intégrantes des traitements de l’eczéma, des rhumatismes, des hémorroïdes ou des ulcères. Utilisée aussi comme diurétique, les vertus de l’ortie bio peuvent être listées comme suit :
Anti-oxydant,
Anti-inflammatoire,
Antiviral,
Anti-bactérien,
Ralentissement du développement de certaines cellules cancéreuses,
Arthrites,
Anti-rhumatisme,
Anti-diabète
Anti-cancer

De nouvelles applications médicales

Outre le mécanisme inflammatoire bien connu sous le nom technique «qui s’y frotte s’y pique», la faculté des fines aiguilles de l’ortie a faire relâcher l’histamine dans notre peau n’est pas le seul élément médicalement notable de l’ortie bio.
Utilisée déjà par Avicenne, l’ortie aide au développement de nouveaux traitements contre le diabète. La variété d’ortie bio Urtica Diolca semble donner des résultats probants pour faire baisser le taux de glucose chez les êtres vivants, confirmant ainsi les écrits médicaux antiques.
De nouveaux essais sur des extraits de racines d’ortie bio montrent son potentiel dans la guérison de maladies cardio-vasculaires. Ainsi, les membres de l’université de Pise en Italie ont prouvé in vitro et in vivo la capacité vaso-relaxante de l’ortie. Ces premiers essais montrent ainsi de nouvelles stratégies de remède ancien, dans le cas de patients souffrant d’hypertension dans le cas présent.
Des recherches in vitro de l’université d’Ankara semblent aussi indiquer que les flavonoïdes glycosides contenus dans les tiges et les feuilles des orties bio auraient un effet immuno-stimulateur, ce qui pourrait permettre le traitement de maladies ou de déficiences immunitaires (ex: les maladies granulomateuses chroniques).
Malgré tout ces bienfaits, il est important de noter que certains résultats d’études montrent qu’une mauvaise utilisation de l’ortie peut provoquer des troubles allant de la perte temporaire des urines jusqu’au développement de sévères œdèmes sur la langue.
Disponible en grand magasins, magasins bio ou en pharmacie, sous forme de feuilles fraîches, séchées ou en poudre, l’ortie reste tout de même mal vue dans nos cuisines, nous rappelant sans doute les irritations qu’elle nous causait sur nos jambes tous les étés.

Boutique Biologiquement.comL’ortie bio antioxydant puissant naturel anti-cancer

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 22    Moyenne : 3.4/5]

L’ortie bio antioxydant puissant naturel.

On assiste actuellement à des conseils à tort et à travers, au point à ignorer complètement les sciences alimentaires, où la nutrition n’est qu’une simple sous matière, au profit des simples recettes culinaires. Ces ignorances nous donnent vraiment la certitude que le monde est loin de connaître le domaine alimentaire. Les sciences alimentaires sont tellement compliquées et tellement vastes que seuls les vrais spécialistes peuvent donner des conseils bien fondés et précis, lesquels ne sont pas forcement des conseils de médecins.

Nos conseils sont uniques et dépassent de loin les minables informations publicitaires. Nous avons des conseils et non des « copier coller ».

La saison hivernale coïncide avec l’apparition des plantes spontanées appelées aussi plantes sauvages, et qui varient selon les régions, mais dont les plus fréquentes sont la mauve (très aimées par les marocains), l’ortie (pas tellement appréciée), la poirée (méconnue), les asperges (bien connus) et bien d’autres feuilles vertes et plantes douces comestibles, mais ayant été délaissées à cause de l’ignorance aussi bien nutritionnelle que stratégique. Le ministère de l’agriculture encourage les cultures qui saccagent la nappe phréatique pour nourrir le bétail, mais, est incapable de promouvoir la culture des plantes spontanées pour combler le manque en nutriments. Les gens ignorent complètement l’importance des plantes spontanées ou sauvages, et les considèrent comme une alimentation sous-développée ou des pauvres.

Pourtant ces plantes sont très importantes pour la détoxfication du corps, la régulation hormonale, la protection contre les maladies chroniques et aussi la stimulation de l’immunité. Ces plantes sont une source de composés antioxydants, de vitamines, de minéraux et de fibres alimentaires.

L’importance des composés phytochimique

Les composés phytochimiques agissent comme antioxydants pour bloquer l’apparition de radicaux libres et surtout empêcher l’oxydation du cholestérol.

Les composés phytochimiques améliorent la réponse immunitaire du corps en augmentant l’apoptose cellulaire. Ce phénomène s’oppose à la prolifération des cellules cancéreuses, anti-cancer.

Les composés phytochimiques améliorent les interactions cellulaires surtout la continuité des communication entre les cellules.

Les composés phytochimiques altèrent le métabolisme des estrogènes pour ne pas stimuler les cellules cancéreuses.

Les composés phytochimiques permettent aussi de convertir les béta-carotènes en vitamine A. Il faut noter que la vitamine A n’a pas uniquement le rôle dans la vision mais aussi dans le métabolisme.

Les composés phytochimiques réparent les dommages causés à l’ADN par les composés toxiques

Les composés phytochimiques neutralisent les carcinogènes à travers l’activation de la cytochrome P450 et la phase II des systèmes enzymatiques.

Les végétaux verts (feuilles vertes) sont des plantes saisonnières qui constituent une gamme variée de sources des fibres, minéraux, vitamines et surtout d’antioxydants ou phytochimiques, dont peut réjouir le corps pendant la saison froide. Vers la fin de l’automne, et durant tout l’hiver, et même au début du printemps, apparaissent des plantes vertes spontanées dont la liste est assez longue pour les couvrir toutes dans cet article. Les premières étant la mauve, l’ortie les asperges, la poirée et d’autres.

La mauve

La mauve est une plante très spontanée pouvant atteindre une hauteur de plus d’un mètre. Dès les premières pluies du mois d’Octobre, la mauve pousse très vite et atteint un stade où elle peut être consommée dès le mois de Décembre, si les précipitations sont bonnes et continues.

La mauve pousse dans les champs sur les bords des routes et à proximité des populations, où le sol n’est pas toujours propre. La plante est très connue et peut même faire l’objet de repas pour les invités, ou, être parmi les plats préférés sur la table du déjeuner ou du dîner, pourtant jamais cette plante n’a pu faire l’objet d’un projet de développement.

La mauve est la plante la plus utile à une détoxification du corps, son pouvoir détoxifiant et restaurateur de l’équilibre minéral et hormonal est dû à sa composition en fibres, en vitamines antioxydante telles que la vitamine C, la vitamine E et la vitamine K, en chlorophylle et en polyphénols jouant le rôle de neutralisants des radicaux libres, qui se forment suite à une mal digestion, ou, au manque des fibres et antioxydants. La mauve renferme dans sa partie médicinale des stérols, des triterpènes, des flavonoides, des coumarines, de l’acide salicylique et des polyphenols telle que la malvine, la delphidinine, la quercetine et les anthocyanes. La glucosamine est un autre composé que la mauve contient en teneur suffisante, elle est indispensable pour le tissu des cartilages et doit servir de lubrifiant et de restaurateur du liquide au niveau des jonctions cartilagineuses. Les fibres contenues dans la mauve sont de nature phytochimique protecteur du colon et régulateur de la lumière intestinale. La mauve est très utile pour les voies respiratoires supérieures, et les irritations au niveau de la gorge et de la bouche.

La mauve contient aussi un liquide visqueux qui lui confère un aspect caoutchouteux à la mastication, mais très utile pour le gros intestin car il colle à la muqueuse intestinale, et active les cellules au niveau de la barrière intestinale, rendant ainsi l’échange plus actif et surtout l’absorption.

L’Ortie bio

L’ortie bio ne connaît pas vraiment un essor au niveau culinaire et nutritionnel, à cause de son caractère piquant, voire même brûlant, dû aux fines épines sur les tiges et aussi à l’acide formique injecté lors du piquage. Il convient de se protéger avec des gants avant de procéder à la récolte de l’ortie bio.

Mais quoique plante à caractère piquant ingrat, l’ortie bio est une plante de la nutrithérapie par excellence, de par sa composition riche en flavonoides et polyphénols (anti-cancer) jouant le rôle de phytochimiques très important pour la détoxification du corps.

L’ortie bio est riche en fibres alimentaires, sels minéraux dont le potassium, le fer, le calcium, le magnésium et le silicon, l’acide formique, les vitamines dont la vitamine C, la vitamine K et la vitamine A, les stérols et les polyphénols, l’acethycholine, la choline, l’histamine, la sérotonine, la coumarine, les beta-carotène et les flavonoides dont la quercetine et la sitostérole anti-cancer.

L’ortie bio est une plante très importante sur le plan composition en principes actifs variés, pouvant l’impliquer dans différente applications incluant les hypertensions, les allergies, les intestins, la dysfonction hormonale, les anémies, l’acidose du sang, les intoxications chimiques etc… L’ortie bio convient mieux pour la détoxification pour son pouvoir antioxydant puissant qui draine les radicaux libres et empêche l’oxydation du cholestérol. Les phénomènes physiologiques déséquilibrés dans le corps peuvent être restaurés par le pouvoir antioxydant de l’ortie bio, qui doit rester comme un aliment et non comme une plante médicinale. L’ortie bio doit être consommée normalement comme toutes les feuilles végétales ou les légumes sans autant le classer avec les plantes utilisées pour la guérison.

L’ortie a par ailleurs un pouvoir magique dans la régulation de la tension artérielle. Cette propriété est due à la teneure élevée en potassium et en même temps à la présence de la scopolétine; substance classée avec les coumarines et dont le rôle est déterminant sur le système circulatoire.

L'ortie bio antioxydant puissant naturel
L’ortie bio antioxydant puissant naturel

La poirée

La poirée est une plante à feuilles larges et longues occupant un espace important autour de la plante, le bouquet sort directement du sol. Le goût de la poirée est très particulier mais acceptable surtout pour ceux la connaissent. La poirée est consommée crue mais peut être aussi bouillie.

La poirée est une plante verte classée avec les végétaux à KAC + E vitamine K vitamine A vitamine C et Vitamine E, et riche aussi en phytoestrogènes et sels minéraux. Les vitamines B aussi sont bien représentées par les vitamines B1, B2 et B6. La poirée contient aussi la niacine (B3), la biotine (H ou B8) et l’acide pantothénique (B5). On y trouve les els minéraux comme tous les végétaux et feuilles vertes surtout le magnésium, le manganèse, le calcium, le potassium, le fer, le cuivre et le zinc. Les fibres sont la caractéristique principale des feuilles vertes, qui, dans le cas de la poirée se trouvent accompagnées des phytoestregènes pour pallier aux problèmes d’ostéoporeuse chez les âgées en particulier, d’autant plus que la vitamine K1 est métabolisé au niveau du gros intestin sous l’action des bactéries lactiques en vitamine K2 qui stimule l’ostéocalcine, qui sert à augmenter la fixation du calcium sur les os.

La poirée est une plante riche aussi en protéines, mais sa composition minérale vitaminique et flavonoidique reste la plus importante pour un rééquilibre physiologique certain. Les flavonoides sont les plus fort dans la poirée malgré les autres constituants, et pour cette raison les peuvent trouver plus de bienfaits que les hommes du fait du rétablissement des hormones sexuelles

Les asperges

Les asperges sont aussi des tiges qui apparaissent durant la saison froide vers la fin de l’hiver. Les asperges, bien que connus, ne sont pas vraiment demandés. Leurs amateurs les cherchent partout durant la saison, à distinguer aussi les asperges cultivés et les asperges sauvages ou forestiers.

Les asperges sont plus riches que les brocolis et renferment des quantités très importantes en acide folique, indispensable pour le tissu nerveux au stade embryonnaire, et très indispensable aussi pour le système circulatoire. La meilleure source en acide folique étant l’asperge. L’asperge est riche en minéraux tel que le potassium, qui, en présence de l’asparagine, présent aussi en teneur élevée dans les asperges, normalise la tension artérielle élevée.

Les asperges, ont un rôle dans ce que nous appelons en physiologie, les réactions de méthylation qui sont des réactions métaboliques obligatoires. En effet, la teneur élevée en acide folique intervient dans ces réactions, pour débloquer l’accumulation de certaines molécules, très dangereuses pour les organes, telle que l’homocystéine. L’acide folique favorise le cycle homocysteine-methionine. L’arrêt de ce cycle implique l’accumulation de l’homocystéine dans les vaisseaux sanguins pour induire une athérosclérose. L’acide folique favorise aussi la transcription de l’ADN et permet la transformation de la norepinephrine en adrénaline et de la sérotonine en mélatonine.

Les asperges renferment aussi une hormone appelée sitostérol qui empêche l’hyperplasie de la prostate, et joue un rôle antagoniste à la PSA.

Actuellement les sources de fibres, vitamines, minéraux et anti-oxydants sont plus recherchées que les sources de protéines. La nutrition ne peut, en aucun cas, être équilibrée si le manque en ces nutriments n’est pas comblé naturellement, par un apport sain à travers le régime alimentaire. La correction, la fortification et les compléments alimentaires ne sont que des moyens de réparation dans le cas où le corps ne peut pas trouver ces éléments naturellement. Au Maroc, ces sources sont en excès au point où ils sont actuellement utilisés comme alimentation animale, alors que les deux ministères Santé et Agriculture ne soient pas encore convaincues par la solution la plus rentable pour le pays.

En attendant, profitez de ces plantes qui existent partout, et consommez le maximum possible, pour compléter votre ration en nutriments protecteurs contre les maladies comme le cancer, seulement si vous avez l’occasion de les trouver remplissez votre sacoche pour en distribuer à tous les voisins, vous allez renaître la façon marocaine dont les choses étaient consommées avant (Baraka et barouk).

Boutique Biologiquement.comVertus bienfaits de l’ ortie bio

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 2.7/5]

Quantité d’articles apologétiques ont été écrits à propos de l’ortie bio antioxydant naturel puissant, notamment dans le cadre de ses applications jardinières. Ceci n’empêche pas que les bienfaits que nous offre cette “mal aimée” qui nous aime bien quand même, restent toujours aussi peu sollicités.

DES PIQUANTS QUI CACHENT MAL L’AMOUR

Est-ce à cause de son contact urticant que l’homme la méprise ? Et si cet abord rébarbatif n’était là que pour décourager les sots qui ne jugent la valeur des choses et des êtres que par leurs apparences, quitte à rater tous les bienfaits qu’ils pourraient leur procurer ? Car, à l’inverse des êtres humains, l’ortie ne pique que si on ne la prend pas à rebrousse-poil, c’est-à­dire en glissant une paume mi-fermée de bas en haut de sa tige.

En réalité, c’est bien plutôt en raison de son ignorance des choses de la nature que l’homme fait si peu de cas de cette merveille végétale qu’est l’ortie bio, aussi cet article arrive-t-il à point pour compenser cette indigne lacune.

SANTÉ

L’ortie bio est une source abondante de fer et ses feuilles sont employées dans l’industrie pour l’extraction de la chlorophylle, c’est dire si elle sont riches de ce pigment que l’on sait être doté d’une activité assainissante du milieu intestinal. La pureté intérieure gratuite ! Quand on sait le nombre de maladies qui profitent d’un milieu viscéral mal entretenu pour éclore, on ira vite faire “muqueuse neuve” grâce à l’ortie – qui purifie non seulement les entrailles, mais également le sang et le foie ; d’un tel nettoyage, il ne peut résulter qu’un teint plus éclatant, surtout si on complète cette toilette intérieure par des cataplasmes d’infusion de camomille sur le visage. Par ailleurs, à cause de sa richesse martiale et de son action anti-ménorragique, les femmes souffrant de règles trop abondantes gagneront à incorporer l’ortie bio dans leur alimentation habituelle, ne serait-ce que pour compenser leurs pertes en fer. Point d’anémie chez les mangeurs d’orties ! Qui plus est, riches en silice, ces mêmes orties bio crues et finement hachées seront utiles à la femme pour la prévention de l’ostéoporose, si possible en synergie avec des algues fraîches.

Pour nettoyer le système digestif et en améliorer le fonctionnement, on consommera cette adventice légume, légèrement cuite et coupée finement, que l’on mélangera intimement avec des pommes de terre cuites à l’eau et écrasées en purée, par exemple.

UN LARGE SPECTRE DE VERTUS CURATIVES

L’ortie bio, consommée d’une manière courante, en tant que légume au même statut que les autres, assainit le milieu interne, dissout les cristaux d’acide, draine le foie, évacue les rétentions liquides diverses, améliore les rhumatismes des grands carnivores, régénère le sang, fortifie le corps (en raison de sa richesse en minéraux variés et de ses oligo-éléments), tout ceci d’autant plus encore qu’elle ne souffre pas de certaines pratiques délétères infligées par les jardiniers (engrais et traitements pathogènes, par exemple). Nombre d’utilisateurs et d’auteurs attribuent également à notre ortie bio une efficacité observable contre les irrégularités glycémiques, contre les hémorroïdes, la goutte, les douleurs rhumatismales, contre l’oligurie et les troubles de la prostate, ainsi qu’une certaine prévention de la calvitie (cataplasmes sur la tête). Dans de nombreux pays, on utilise traditionnellement la décoction d’orties dont on imprègne un cataplasme destiné à arrêter les saignements divers. Des feuilles d’orties fraîches écrasées avec les doigts et placées dans le nez, par exemple, arrêtent aussitôt le saignement.

L’ORTIE ET LES PROBLEMES MASCULIN

Des études récentes ont confirmé la réalité de certaines vertus traditionnelles de l’ortie que l’on croyait folkloriques, notamment celles concernant la prostate. Selon la science médicale, l’inflammation et l’élargissement de la prostate sont due à la conversion, au sein de l’organisme, d’une partie de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT en abrégé). Or, des extraits concentrés de racines d’Urtica Dioica (orties), empêchent que la dihydrotestostérone ne s’attache sur les sites récepteurs des cellules de la prostate ; ce qui revient à dire que cette dernière ne subit pas l’impact négatif de cette DHT. D’autres plantes, telles que le prunier d’Afrique et le palmier scie inhibent, quant à elles, la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone, d’où leur association fréquente avec l’ortie. On y associe également l’huile de pépins de courge “Lady Godiva” dont on peut cultiver soi-même les graines, à consommer séchées ou sous forme d’un macérât huileux très riche en zinc d’origine végétale dont la prostate est “friande”. Les extraits de racines d’orties bio s’opposant à la conversion de la testostérone en un sous-produit nocif à la prostate, le DHT, il en résulte que davantage de testostérone devient de ce fait disponible pour la libido qui s’en trouve renforcée, puisque, comme on le sait, c’est la testostérone qui, au niveau physiologique, est responsable du désir. D’où sans doute cette réputation des graines d’orties bio à être aphrodisiaques, vraisemblablement aussi à cause de leur richesse en acétylcholine, un neurotransmetteur essentiel à la vie sexuelle.

L' ortie biologique un trésor de santé pour tous
L’ ortie biologique un trésor de santé pour tous

RÉFÉRENCES:

Koch E. and A. Biber, 1994, Pharmacological ­Effects of Saw Palmetto and Urtica Extracts for Benign Prostatic Hyperplasia, and sex drive – Urology 34 (2):90-95.

Quant aux effets régulateurs de l’ortie bio sur le taux de sucre sanguin, ils peuvent s’expliquer par la plus grande disponibilité de testostérone qu’elle rend possible à l’organisme, et dont les effets anti-diabétiques ont été récemment mis en lumière par certains chercheurs.

A la lecture de toutes ces vertus, on se demande bien comment on a pu, avec tant de désinvolture, fouler aux pieds une herbe si prodigue en bienfaits !

L’ALCOOLATURE DE RACINES D’ORTIES BIO

En arrachant des orties pour les faire sécher, ou pour les consommer, il est avantageux de couper les racines, c’est-à-dire ces petites terminaisons pauvrement dotées de filets radiculaires, de les laver, les faire sécher, et d’en mettre une bonne poignée dans environ 75 cc d’eau de vie. On peut également ajouter une petite poignée de graines de bruyère séchées, si on souffre d’irritation ou d’infections urinaires.
Faire mariner pendant quinze jours, en remuant vigoureusement une fois par jour. Filtrez. Boire une cuillerée à soupe chaque soir. (Prostate, libido, inflammation de l’urètre).
Pour la libido, il faut ramasser les graines à la poignée, en tirant dessus, les faire sécher en les étalant sur du papier dans un endroit très chaud, en plein été. En mélanger une cuillerée à soupe avec du miel d’acacia. Cure de trois semaines.

Note:
Peu de plantes aphrodisiaques ont d’effet sur les diabétiques

En conclusion, l’ortie bio peut soigner bien des misères du corps, et quoiqu’elle ne se pique point d’être anti-cancérigène, certains auteurs vont jusqu’à lui attribuer une telle vertu.

L’ORTIE AU COURTIL

Le purin d’orties bio, si cher aux jardiniers biodynamiques, ne sert pas qu’à lutter contre les pucerons.

L’ortie tamponne l’assimilation de l’azote par les plantes, soit qu’il s’agisse de l’azote apporté par l’homme sous sa forme minérale soluble (engrais chimiques), ou bien même celui issu d’une minéralisation intense des réserves humiques du sol ou des matières organiques que l’homme lui apporte sous forme de compost. Au cours de certains printemps particulièrement chauds et humides, après que le sol ait bien été travaillé, il se produit souvent une minéralisation massive de l’azote organique du sol, entraînant une vague de parasitisme et de maladies, tout comme en agriculture chimique intensive. Or, l’ortie tempère cette brutale absorption de nitrates, en l’étalant dans le temps, ce qui évite ainsi le parasitisme inhérent à une flambée de nitrates au sein de la plante. Officiellement, on ne connaît pas, d’une manière absolument certaine, l’articulation intime de ce processus. Mais peu importe dès l’instant que les apports d’azote deviennent plus pondérés, réduisant ainsi le nombre de maladies et de ravageurs des légumes, tout en leur offrant un goût plus subtil et plus prononcé. L’ortie est en effet une bonne source de potasse biodisponible sous une forme particulièrement avantageuse pour les plantes potagères, surtout en association avec la consoude de Russie. Il suffit d’en mettre quelques poignées coupées en morceaux ou pilées quelques jours après arrachage, au fond du trou de plantation des tomates, par exemple, pour s’en convaincre. En arrosages dilués, un tel purin ravive les plantes anémiées et blafardes et accentue la couleur des fleurs plantées en sol pauvre (potasse de source végétale). Il sert d’engrais de démarrage, du moins dès que le système radiculaire des plantes est suffisamment développé pour en tirer parti. Il constitue un engrais biologique aux effets indiscutablement visibles, notamment en arrosage au pied des plantes.

SAUVETAGE DE SCIONS MAL REPRIS

Si au printemps, voire en début d’été, on s’aperçoit que l’un de ses arbres plantés à l’automne, ou plus récemment, fait la moue et peine à bien démarrer, notamment parce qu’il est planté dans un endroit qui finalement ne lui convient pas, il est possible de l’arracher et de le replanter dans un grand pot, ou tout autre container suffisamment dimensionné, en insérant les racines dans un bon terreau bien imbibé d’eau. On enveloppera ensuite le scion d’un tissu que l’on imbibera régulièrement de purin d’orties. L’azote contenu dans cette macération, en synergie avec une multitude de micro nutriments catalytiques, sera directement absorbé par l’écorce du scion et compensera ainsi celui que les racines, non encore fixées dans le sol, ne peuvent lui apporter. Que de fois ai-je récupéré des scions déclinant vers la mort, dans mon “hôpital de jardin” grâce notamment à la thérapeutique végétale basée sur un tel purin d’orties, dont voici d’autres débouchés: repiquages (tremper les racines dans le purin, si possible mélangé avec un peu d’argile en poudre), trempage des graines, à faire ensuite sécher avant le semis, arrosage du sillon de vos semis…

Tout au long de la saison de jardinage, arrosez vos plantes, au pied et sur le feuillage, avec du purin d’orties. Vous n’aurez plus besoin d’engrais, ni chimiques ni autres !

CULINAIRE

L’ortie bio n’est pas habituellement perçue en tant que légume, comme le sont par exemple l’oseille ou les épinards. Mais il en était de même de la tomate, légume-fruit si apprécié de nos jours et qui n’était pourtant considéré que comme une simple plante ornementale et toxique il y a à peine deux siècles ! Il convient donc d’inscrire dans nos mentalités l’idée que l’ortie est un légume, c’est-à-dire un végétal nutritif et surtout thérapeutique à introduire dans son mode d’alimentation habituel. Au besoin, cultivez-la dans votre potager, à l’ombre, dans un sol riche en azote et plutôt frais. Il suffit, en fin d’hiver, d’aller arracher quelques pieds dans la nature, de les couper à une dizaine de centimètres, et de les planter en veillant à ce que le sol reste humide jusqu’à la reprise. Ne fertilisez pas votre ortie bio, ce qui ne vous empêche pas de déposer des bouts de ferraille à ses pieds, elle condensera ainsi le fer, dont elle est gourmande, et dont votre sang peut avoir besoin, surtout si vous êtes une femme.

PARTIES UTILISÉES

Les premières feuilles tendres du printemps, alors que les jeunes pousses ne sont pas encore trop urticantes et que l’on peut les hacher finement, sous forme crue avec de la salade, par exemple, ou avec des algues ; mais également les feuilles disponibles pendant toute l’année, ainsi que les racines, en automne. Séchage des feuilles suspendues au fil à linge, alors que le soleil est au zénith, ou en serre. Il est avantageux de faire sécher, de la même façon, des feuilles de basilic et de les mélanger à la poudre d’orties bio, à saupoudrer sur ses aliments. On peut consommer l’ortie bio en potage, avec de l’oseille, ou cuite une dizaine d’heures après la récolte (nettoyage intestinal) de la même façon que les poireaux en vinaigrette.

Trouvez vous-mêmes des applications culinaires à ce légume gratuit. Vous constaterez que, culinairement parlant, l’ortie bio et l’oseille se marient fort bien ensemble. Vous aurez des vitamines et des minéraux à bon marché et une cure de trois semaines vous remettra d’aplomb, votre organisme étant débarrassé de tous les cumuls métaboliques engendrés au cours de l’hiver, avec ses excès glucidiques, surtout si vous y associez des pissenlits.

Boutique Biologiquement.comL’Ortie qui s’y frotte…

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

S’y soigne

Nous la connaissons tous ne serait-ce que pour s’y être piqué un jour.
La connaissez-vous vraiment ?

La mauvaise réputation

Invasive, squatteuse des jardins et en plus urticante, l’Ortie bio semble avoir décroché la médaille de la ” Mauvaise Herbe ” par excellence.

Et pourtant …
Pourtant oui bien sûr, nous sommes face à une plante qui se défend, ses feuilles, très dentelées, sont munies de poils urticants, sortes de minuscules ampoules ou dard contenant un venin proche de celui de certains serpents ou insectes.

L’ortie bio, un trésor de bienfaits

Le venin participe aux vertus bienfaisantes de la plante et il contient des acides divers dont : l’acide formique, acétique, gallique mais également des flavonoïdes, histamine, sérotonine…
Mais les vertus de l’ortie bio ne s’arrêtent pas là.

L'ortie biologique plante excellente pour la santé
L’ortie biologique plante excellente pour la santé

DE PRINCIPES ACTIFS MAJEURS

De nombreux minéraux dont : calcium, chlore, magnésium, manganèse, potassium, soufre, zinc , silicium et fer en importante quantité
Des vitamines notamment B2, B5, B9,K, C et provitamine A
Des oligo éléments : manganèse, silice, potassium, soufre
De la chlorophylle en grande quantité.

Scientifiquement prouvé

De nombreuses études cliniques ont démontré que la prise d’ortie bio permettait de réduite de 75% la prise de médicament anti-inflammatoire et tests pharmacologiques ont donné la preuve de son efficacité et ce dans bien des domaines.

L’ortie bio est un tonique général de l’organisme et Diurétique elle sera très utile dans tous les cas de :

Goutte,
Calculs urinaires,
Enurésie (incontinence)
Rétention d’urine
Stimulation de la fonction rénale
Stimule et renforce la prostate. Les stérols qu’elle contient agissent contre l’hypertrophie de la prostate.
Antiénurésique elle aide à stopper le « pipi au lit » d’origine organique

Dépurative elle aide à combattre les cas de
Dermatoses
Urticaire
Acné
Boutons de fièvre

Sa grande richesse en vitamines, minéraux et oligo-éléments, lui permet d’être très efficace pour ce qui concerne les cas de :

Déminéralisation,
Ostéoporose,
Fatigue chronique,
Convalescence,
Anémie,
Fragilité des ongles,
Chute des cheveux.

Détoxifiante elle débarrasse l’organisme
des toxines et déchets
combat la cellulite

Calmante contre les douleurs :
Rhumatismales,
Arthrose,
Arthrite
Névralgie sciatique
Douleurs inflammatoires

Galactogène
Stimule les montées de lait
Augmente la production de lait
Enrichit la qualité du lait

Anti-allergique très efficace pour combattre

L’asthme,
Le rhume des foins,
L’urticaire.

Hémostatique très utile pour régler tous les problèmes sanguins
Hémorragies
Saignements de nez
Crachement de sang
Emménagogue aide à la régulation des menstruations
Retour des règles

Conseillée contre les troubles
Du foie
De la rate,
Les crampes et les ulcères d’estomac et intestinaux,
Les maladies pulmonaires.

antidiarrhéique elle est employée avec succès contre
Le choléra,
La jaunisse,
La gastro,
Les diarrhées.

Vermifuge,
Révulsive,
Virulicide, combat les virus
Antibactérienne

elle favorise
L’attention
La concentration
La mémoire

Attention, certaines précautions sont à connaître avant d’utiliser l’ ortie bio, ainsi que certaines contre indications, lisez-les ici

Il existe en pharmacie des gélules d’ ortie bio (feuilles ou racines) prêtes à l’emploi.

Les feuilles d’ ortie bio peuvent être utilisées en infusion, en cataplasme, en lotion ou en décoction,
fraîches ou même sèches, bien que fraîches les feuilles conserveront toutes leurs propriétés.

Les feuilles d’ortie bio peuvent être consommées en légumes.

Boutique Biologiquement.comComposition chimique de la feuille d’ ortie bio

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Il faut souligner tout d’abord que l’on observe, d’une analyse à l’autre, de fortes variations au niveau de la teneur de la feuille d’ortie bio en vitamines et minéraux.

C’est du reste valable pour n’importe quelle plante, car la nature du sol, l’exposition à l’ombre ou au soleil, la durée de l’ensoleillement, l’alimentation de la plante en eau, la saison, l’heure de la cueillette, la durée et la qualité de la conservation, tous ces facteurs influent considérablement sur la valeur nutritive de la plante récoltée.
Il en va de même pour les légumes : une laitue de serre gorgée de nitrates et conservée une semaine au réfrigérateur n’aura pas la même valeur nutritive qu’une laitue bio de pleine terre consommée aussitôt après récolte. Nous sommes ce que nous mangeons, et si nous voulons accroître notre vitalité et optimiser notre santé, il faut être conscient de ces éléments qui influent sur la qualité de notre alimentation.

En ce qui concerne l’ortie bio, les analyses ont montré que, de façon assez surprenante, les plantes ayant poussé à l’ombre sont plus riches en chlorophylle et en caroténoïdes (pro-vitamine A, antioxydant naturel puissant) que celles ayant poussé au soleil.
D’autre part, des analyses pratiquées par W.F. Daems sur la grande ortie ont montré que sa teneur en fer est à son maximum aux mois d’avril et de septembre sur des plantes ayant poussé en jardin ou en bord de rivière. Au contraire, la teneur en fer est au minimum en été pour des plantes poussant en forêt. Il y a même des différences de composition entre plantes mâles et plantes femelles !

La feuille d' ortie biologique
La feuille d’ ortie biologique

Influence de la qualité du sol

Une plante ne peut extraire d’un sol que les minéraux qui s’y trouvent. Or les terres cultivées en agriculture chimique sont généralement carencées en Bore, ce qui se traduit entre autres par des cavités dans les céleri-raves. En effet, cet oligo-élément important n’est pas apporté au sol qui ne reçoit que les fameux N-P-K. Justement, l’ortie bio est une plante riche en Bore, élément minéral favorisant une bonne calcification.
De même, l’ortie bio contient beaucoup de Sélénium, puissant anti-oxydant, jouant un rôle dans la prévention du cancer. A noter que les sols cultivés d’Europe sont pauvres en Sélénium, minéral complètement absent des sols chinois et par contre abondant dans les sols vierges d’Amazonie.
Il est manifeste que ces carences rencontrées sur la majorité de nos sols proviennent de mauvaises pratiques culturales. Au contraire, une bonne terre de jardin compostée régulièrement s’avèrera riche en minéraux, grâce aux bactéries et aux lombrics qu’elle renferme.
On ne peut pas aborder la valeur nutritive d’une plante en ignorant son origine agronomique.
Si l’ortie bio est si riche en vitamines et minéraux, c’est justement parceque c’est une plante qui pousse à l’écart des terrains cultivés, où elle rééquilibre les sols.

Composition de la feuille d’ortie bio

La feuille d’ortie bio contient des quantités très importantes de caroténoïdes (6 différents, dont le β-carotène), d’acide folique (vit. B9), de vitamines C et E, de Calcium, Fer, Magnésium, Zinc, Bore et Sélénium. On y trouve aussi, en quantité moindre, des vitamines B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3 ou PP, B5 (acide pantothénique), B6 (pyridoxine), D et K, ainsi que de nombreux minéraux : Manganèse, Sodium, Cuivre, Soufre, Iode et Chrome.
Observons que le Calcium est associé au Bore, qui facilite son assimilation, ce qui fait de l’ortie b ioun complément alimentaire intéressant en prévention de l’ostéoporose. Tandis que le Fer est associé à la vitamine C, qui favorise son absorption par l’organisme.

La feuille d’ortie bio contient aussi en forte quantité 18 acides aminés différents (sur 20 existants), dont les 8 acides aminés essentiels (isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane et valine) nécessaires au développement de l’organisme. A titre de comparaison, les céréales sont toutes déficientes en lysine (certaines également en tryptophane), tandis que les légumineuses sont déficientes en méthionine. La feuille d’ortie, elle, contient les 8 acides aminés essentiels en proportions harmonieuses, ce qui en fait un aliment complet.

La feuille d’ortie bio contient encore, entre autres, de la chlorophylle en quantité importante, de la Silice, des flavonoïdes (quercitine), de la sécrétine (hormone stimulant l’activité du pancréas). Certains sont des composants rares, comme la choline acétyl-transférase, enzyme synthétisant l’acétylcholine, la grande ortie bio étant la seule plante connue à posséder cette enzyme. Si l’on n’en était pas encore convaincu, c’est bien la preuve que l’ortie n’est pas une plante comme les autres.

En fait, l’ortie bio est à elle toute seule un complexe de vitamines et minéraux naturels, qui plus est, complet et mieux équilibré que les produits de synthèse vendus en pharmacie. Plus besoin d’acheter des cocktails d’anti-oxydants style : vit. A, C, E + Sélénium et Zinc. Ils sont tous dans l’ortie bio.
Les vitamines et minéraux contenus dans l’ortie bio sont ceux dont l’homme moderne est le plus souvent carencé, du fait de son alimentation industrielle dénaturée : calcium, fer, magnésium, sélénium, vitamine C etc.
Comment voir dans l’ortie une ennemie ? Elle n’est là que pour nous soutenir … et peut-être aussi pour nous faire prendre conscience de nos erreurs.

Boutique Biologiquement.comDes tisanes pour vaincre la cellulite

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les plantes vous veulent du bien ! La nature recèle de nombreux végétaux qui peuvent vous aider dans votre combat contre la cellulite.

Bien sûr, elles ne suffiront pas à elles seules à faire disparaître la peau d’orange qui orne vos cuisses. Mais la consommation de tisanes aux vertus bienfaisantes peut être un atout de taille en complément d’un traitement plus spécifique.

Une tisane drainante

Faites un mélange à parts égales des trois ingrédients suivants :
Fleurs de reine-des-prés : elles contiennent de l’acide salicylique qu’on peut qualifier d’aspirine végétale. Ses propriétés anti-inflammatoires contribuent à atténuer l’inflammation des cellules qui cause la cellulite. Elles sont riches en flavonoïdes dont les vertus antioxydantes vont protéger les cellules contre les attaques des radicaux libres. Son action diurétique est fort efficace pour stimuler l’élimination rénale de l’eau et pour résorber les œdèmes douloureux.
Feuilles de bouleau : elles renferment de l’hypéroside, cette substance diurétique aide l’organisme à éliminer les toxines et les lipides. Elle a de plus une action anti-œdémateuse et désinfiltrante.
Feuilles de cassis : elles sont aussi un puissant diurétique, leur pouvoir drainant est très efficace contre la rétention d’eau et aide à éliminer l’acide urique.
Cette tisane combine les actions de trois plantes aux propriétés diurétiques et drainantes, elle permet notamment de lutter contre la rétention d’eau et les œdèmes causés par l’hypertrophie des cellules graisseuses qui cause la cellulite. Comptez une cuillère à soupe par tasse et laissez infuser 10 minutes.

Tisane d' orties biologiques
Tisane d’ orties biologiques

Une tisane anti-graisses

Faites un mélange à parts égales des deux ingrédients suivants :
Artichaut : comptez une cuillère à soupe par tasse et laissez infuser 10 minutes.
L’artichaut contient un principe actif, la cynarine qui stimule le système biliaire, ce qui facilite la digestion et l’élimination des toxines et des graisses. C’est aussi un excellent antioxydant qui protégera vos cellules.
Ortie : elle est très riche en vitamines (B2, B5, B9, C, K), en minéraux (silice, magnésium, fer) et en oligo-éléments (cuivre, zinc). l’ortie active les sécrétions digestives, ses vertus dépuratives vont aider à éliminer l’acide urique, les toxines et les graisses accumulées dans l’organisme.
Cette tisane remplit une fonction primordiale dans la lutte contre la cellulite. En facilitant l’élimination des graisses et des toxines, elle va limiter leur stockage dans le tissu adipeux et donc, le développement de la cellulite.

Boutique Biologiquement.comL’ortie bio description utilisation

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

On peut trouver cette plante un peu partout dans les forêts, aux abords des routes, parmi des ruines, et, le plus souvent, là où on ne l’attend pas. Paradoxalement elle est un peu sauvage et se laisse difficilement cultiver.

Originaire des régions tempérées de l’Eurasie, l’ortie, cette herbacée vivace, fait partie des plantes rosales, de la famille des urticaceae. Ses poils, fragiles, urticants contiennent des substances irritantes provoquant des rougeurs sur la peau.

Pas de panique ! En cas de morsure de cette plante, si vous n’avez pas de plantain à frotter dessus et à proximité, passez un peu de salive sur les endroits irrités cela apaisera la sensation douloureuse.

L'ortie bio description utilisation
L’ortie bio description utilisation

Pourquoi, dans ces conditions,

vouloir cultiver cette plante ?
Tout simplement parce que c’est une plante généreuse riche en protéines, en fer et en vitamines A et D. Les Grecs s’en servaient pour soigner la toux, la turberculose, et pour stimuler la pousse des cheveux. Quant aux Romains, ils l’utilisaient en flagellation thérapeutique. Nos aïeux n’étaient pas en reste dans son utilisation et connaissaient bien ses nombreuses vertus. Ils s’en servaient abondamment dès les printemps, en cure parce qu’elle nettoie les intestins, le foie, le sang.

Elle régule la glycémie, empêche la goutte, lutte contre les hémorroïdes et l’ostéoporose. Plus précisément :

Les parties aériennes
(fleurs et feuilles) luttent :
– par voie interne : contre les Inflammations des voies urinaires, les calculs rénaux, les douleurs arthritiques ou rhumatismales ainsi que les rhinites allergiques dites rhume des foins.

– Par voie externe : contre les douleurs arthritiques et rhumatismales.

Les racines, quant à elles, luttent :
contre l’hypertrophie bénigne de la prostate et par là même contre les difficultés de miction.

Savez-vous planter des orties bio ?

Pour une bonne germination, semez les graines en pépinière dès la fin de l’été, dans un terreau fertile. Au mois d’octobre, repiquez-les. Si vous omettez de le faire, attendez le début du printemps.

Vous pouvez également, à la fin de l’hiver mettre les graines dans le réfrigérateur durant quelques jours puis semer-les à l’abri du froid avant de les repiquer au milieu du printemps.

Comme dit précédemment, cette plante est exigeante. Le choix du sol est primordial. Il doit être léger, fertile, et doit se situer dans zone un peu humide et ombragée.

La cueillette des orties bio

Pas facile, à première vue, d’empoigner des orties bio sans subir ses morsures. Quelques précautions s’imposent :

Si vous n’avez pas de gants, il convient de les prendre dans le bon sens du poil, c’est-à-dire, du bas de la tige vers le haut. Pour plus de sécurité, lors de votre cueillette passez-vous, à plusieurs reprises, la main dans les cheveux avant de les cueillir (paume et dos de la main). Ce geste est à renouveler jusqu’à la fin de votre cueillette.

L’ortie* en cuisine

Fraîche, elle se cuisine comme les épinards à l’étouffée, à la poêle, en salade (plutôt les jeunes pousses), en gratin, en potage (elle se marie très bien avec les oignons, l’oseille).

Séchée, en en use comme d’un condiment. Associée au basilic, vous pouvez en saupoudrer vos tomates.

On l’utilise aussi en tisane et décoction.

Et pour votre jardin

Utilisez le purin d’ortie bio pour stimuler la croissance et fertiliser vos plantes,
et également pour lutter contre certaines attaques de parasites tels que champignons et insectes.

Boutique Biologiquement.comOrtie bio en phytothérapie

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Depuis toujours l’ortie a été une compagne fidèle de l’homme : elle fut certainement l’un des premiers légumes consommé.

Très goûteuse une fois cuite, elle est en effet le prototype même de la plante sauvage culinaire. De nombreuses herbes sauvages peuvent se retrouver dans nos plats, mais rares sont celles que l’on trouve en aussi abondante quantité et pouvant remplir la fonction d’un légume à part entière. A l’heure ou l’on parle tant de la santé par l’alimentation, nous allons étudier les avantages d’un retour de l’ortie.
Considérée comme une redoutable mauvaise herbe, l’ortie est peu soupçonnée d’être aussi une grande plante médicinale. Pourtant, elle n’a jamais vraiment été oubliée des phytothérapeutes, qui utilisent les vertus revitalisante et régénérante de ses parties aériennes, et depuis quelques décennies, utilisent ses racines à des fins urologiques.
De plus, peu de disciplines échappent à ses compétences et elle rend de nombreux services : fourrage, protection phytosanitaire, industrie textile font aussi parti de ses atouts. C’est certainement pour tout cela qu’elle refait aujourd’hui parler d’elle.

L’ortie est au centre d’un véritable écosystème : pour en savoir plus, se reporter à l’Appendice, usages agricoles.
L’ortie marque, par sa présence, les lieux où l’homme vit ou a vécu. C’est une bonne indicatrice lorsque l’on essaie de retracer l’histoire des hommes à travers le paysage. Elle s’implante après leur passage, comme pour nettoyer les lieux. Elle a en effet comme spécificité de végétabiliser le fer, et d’absorber les polluants divers du sol.
L’ortie pousse souvent en compagnie de végétaux qui ont les mêmes exigences qu’elle : chénopode, rumex, amarante, mauve, bardane, mercuriale, sureau, etc…

En phytothérapie, les parties utilisées sont les parties aériennes : feuilles, tiges et fruits, et les racines, mais pour des indications différentes.

Ortie bio en phytothérapie
Ortie bio en phytothérapie

Conclusion

En phytothérapie, les parties utilisées de l’ortie dioïque sont les parties aériennes : feuilles, tiges et fruits, et les racines, mais pour des indications différentes.
1) Les parties aériennes, qui possèdent de nombreux et riches constituants (chlorophylle, flavonoïdes antioxydant naturel puissant, acides aminés, calcium, silicium, fer, nombreux oligo-éléments et vitamines…) sont employées à des fins reminéralisatrices, diurétiques et anti-inflammatoires. Elles sont ainsi utilisées comme adjuvant dans le traitement des états rhumatismaux (arthrite, rhumatisme articulaire…) et des maladies inflammatoires des voies urinaires. Son action diurétique sur les oedèmes faibles et moyens a été montré.
Pour les mêmes raisons (richesse des constituants) ainsi que pour leurs propriétés antioxydantes, les parties aériennes de l’ortie sont utiles dans les cas d’asthénie. Leur action dépurative est par ailleurs mise à profit dans les états séborrhéiques de la peau.
Cette richesse particulière en sels minéraux, calcium et silicium organique nous permet de supposer une indication dans la prévention de l’ostéoporose.
2) Quant aux racines d’ortie, elles ont fait l’objet de recherches au cours des années 1980, notamment en Allemagne, qui ont permis de montrer des effets thérapeutiques particulièrement positifs sur les congestions et les désordres mictionnels associés à l’hypertrophie bénigne de la prostate.

L’ortie s’avère donc une plante thérapeutique de valeur. Etant présente en abondante quantité, la population vieillissante des pays occidentaux devraient la redécouvrir, et utiliser ce moyen accessible de prévenir nombre de pathologies dégénératives dues à l’âge.

Usage culinaire

Les jeunes pousses (on peut couper l’ortie deux ou trois fois dans un été) s’utilisent classiquement pour préparer de la soupe, mais on peut les employer aussi bien pour la préparation de soufflés, de gratins, tartes, quiches, purées, crêpes et gelées. Pour apprécier leur fine saveur, on peut les cuire légèrement à la vapeur et les servir avec un filet d’huile d’olive ou du beurre frais et une pincée de sel.
Elle a un goût velouté mais cependant âpre. Il faut préférer les pousses d’ombre, plus délicates. L’ortie brûlante aurait un goût plus fin.
D’après François Couplan, sa valeur nutritionnelle est : 82 calories, 8% de protides, 1% de lipides, 9% de glucides, 3% de cellulose et 79% d’eau.

Boutique Biologiquement.comVertus de la feuilles d’ortie biologique

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les vertus curatives de l´ortie bio antioxydant naturel sont connues depuis bien longtemps.

On la consommait autrefois comme un légume au même titre que les épinards par exemple. Les Grecs et les Romains l´utilisaient déjà pour soigner diverses maladies et notamment les rhumatismes par des flagellations thérapeutiques avec des tiges d´ortie ! Cette pratique a d´ailleurs perdurée jusqu´au 20 ème siècle…

En Europe, on consommait volontiers l´ortie bio en potage ou en salade, et il fut même une époque où son infusion était fort appréciée dans les salons mondains.

Avec les feuilles de pissenlit et d´autres verdures printanières, les jeunes pousses d´ortie bio faisaient partie des
« cures du printemps» qui ont été jadis si populaires. Aujourd´hui encore, l´ortie bio fait partie de la pharmacopée officielle.

Vertus de la feuilles d' ortie biologique
Vertus de la feuilles d’ ortie biologique

BIENFAITS :

Irrigue les reins, la vessie et les voies urinaires en cas d´inflammation
Effet diurétique qui favorise le drainage et l´élimination de l´acide urique
Prévient ou traite la formation de calculs rénaux et stimule la fonction rénale
Action dépurative du foie et du sang qui débarasse l´organisme des toxines et des déchets
Soulage les douleurs arthritiques et rhumatismales ou associées à la sciatique
Calme les douleurs inflammatoires
Soulage les symptômes de la rhinite allergique (rhume ou fièvre des foins)
Combat les états de fatigue, de déminéralisation et de convalescence
Contribue à corriger l´anémie grâce à sa richesse en fer
La Commission E ¹, l´OMS et l`ESCOP² reconnaissent l´usage des parties aériennes de l´ortie bio pour irriguer les reins, la vessie et les voies urinaires en cas d´inflammation et pour prévenir et traiter les calculs rénaux. L´ortie bio est diurétique, elle favorise le drainage (rétention d´eau, cellulite) et l´élimination de l´acide urique ce qui a pour effet de renforcer les traitements contre la goutte. L´ortie bio stimule la fonction rénale et débarrasse l´organisme des toxines et des déchets. Son action dépurative concerne également le sang et le foie : d´un tel nettoyage ne peut résulter qu´un teint plus éclatant !

Les orties bio sont particulièrement riches en chlorophylle dont l´activité assainissante purifie les entrailles et le milieu intestinal ce qui est extrêmement bénéfique compte tenu du nombre important de maladies qui profitent d´un milieu viscéral mal entretenu pour éclore.

La Comission E¹, l´OMS et l´ESCOP² reconnaissent l´usage des parties aériennes de l´ortie bio pour soulager les douleurs arthritiques, rhumatismales ou associées à la sciatique. Elle calme les douleurs inflammatoires. Des études cliniques britanniques ont même montré que la prise de poudre d´ortie permettait de réduire la prise d´anti-inflammatoires de synthèse.

Qui plus est, riche en silice, l´orties bio est utile à la femme pour prévenir l´ostéoporose.

Ses vertus anti-inflammatoires permettent également de traiter l´acné.

L´ortie bio permet aussi de soulager sensiblement les symptômes de la rhinite allergique. Il s´agit d´un usage traditionnel de l´ortie bio qui selon certains cliniciens, mérite une place de choix comme remède contre les allergies. En cas d´allergie, la prise quotidienne d´ortie bio pendant 3 à 4 mois précédent la saison des allergies peut être suffisante pour guérir l´allergie.

Par sa grande richesse en vitamines, minéraux et oligo-éléments, l´ortie bio est d´un grand secours pour les états de fatigue, convalescence et déminéralisation. Elle est trés riche en vitamines ( B2, B5, B9, C, K), en minéraux (silice. magnésium, fer), en oligo-éléments ( cuivre, zinc) et constitue un apport en proteines important, supérieur au soja ! Les feuilles de l´ortie bio sont extrêmement riches en vitamine C (elle en contient en moyenne 333 mg / 100 g soit 6 à 7 fois plus que l´orange).

Tout ceci fait que l´ortie bio a des effets indéniables contre la fatigue et qu´elle fortifie le corps. Elle sera utile pendant les périodes de croissance, de régime mais aussi de déprime et d´examens (elle favorise l´attention et la concentration).

Elle est conseillée en cas de chute de cheveux et d´ongles cassants grâce à la vitamine B5, au fer et à la silice. L´ortie bio freine la sécrétion de sébum, elle est adaptée aux peaux grasses et aux cheveux gras.

L´ortie bio est une source abondante de fer et corrige donc l´anémie.

Chez la femme qui allaite, elle favorise la montée de lait au même titre que le fenouil.

L´ortie bio est un bon hypotenseur, elle permet de faire diminuer la pression dans les artères.

Elle a des effets régulateur sur le taux de sucre sanguin.

CONSOMMATION :

Nous recommandons de consommer environ 5 g de poudre d´ortie Bio par jour soit environ une cuillerée à café bombée. Elle est délicieuse en accompagnement de crudités, mélangée à de la salade, à des soupes froides, du yaourt nature, du fromage blanc ou tout autre aliment ou liquide , froid de préférence. La poudre d´ortie Bio peut être consommée tout au long de l´année.

Boutique Biologiquement.comL’ortie bio pour la santé

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Sa présence aide a la fixation du calcium, et contribue a la souplesse des articulations. De plus elle aide a la régénération de la peau, des ongles et des cheveux. En effet, il y a en moyenne 5 a 7 g de silicium dans le corps humain, diminuant avec l’âge. Ne pouvant etre stocké, le silicium doit faire l’objet d’un apport journalier.

Les besoins quotidiens estimés pour cet oligo-élément, reconnu comme essentiel, augmentent avec l’âge : un apport régulier contribue a ralentir les effets du vieillissement, pour conserver jeunesse et bien-etre.
Les indications de la silice : FATIGUE MUSCULAIRE, TENDINEUSE, ARTICULATIONS

Élément majeur dans toutes les structures de soutien de l’organisme, une cure permet de faire face a des carences.

 

L'ortie bio pour la santé
L’ortie bio pour la santé

PEAU, CHEVEUX, ONGLES

Favorise le processus de minéralisation et de souplesse.

EFFET ANTI-ÂGE

Un excellent antioxydant, agissant contre le vieillissement des tissus, des arteres et des articulations. C’est un véritable agent anti-vieillissement.

EFFET POTENTIALISATEUR

Permet de faire véhiculer d’autres molécules classiquement utilisées en thérapeutique et augmente leur efficacité.

RÉÉQUILIBRAGE IONIQUE

Augmente la résistance de la cellule humaine et permet une meilleure gestion des échanges dans le métabolisme cellulaire.

Rappel historique : Dans les années 1975, Mr Loic Ribault découvrit le silicium organique naturel dans les grains de sable, riches en silice minérale, qui sont transformés ensuite par des diatomées en silice organique.
En collaboration avec des thérapeutes, il utilisa celui-ci jusqu’en 1982, ou il rencontre Mr Duffaut, un chimiste organicien. Les deux travaillerent ensemble a la mise au point d’une nouvelle molécule chimique de silicium organique synthétique, le Monométhyl silane triol, fabriqué par la pharma industrie, et qui est utilisé ensuite dans la plupart des Silices organiques aujourd’hui.

Fiche Technique

* Flexibilité
* Souplesse
* Jeunesse

Présent partout dans notre corps, la Silice est un élément constitutif majeur de tous les tissus de soutien.

Sa présence aidera à la fixation du calcium, donnera la dureté aux os et la souplesse aux muscles ainsi qu’aux tendons et aux cartilages. De plus il régénère la peau, les ongles et les cheveux.
Dans la nature la Silice à la fonction de permettre au végétal de s’élever vers le ciel. Sans la Silice, les plantes resteraient au sol. Rudolf Steiner dit que la silice est liée à la sensibilité et la lumière et augmente notre faculté de perception et l’épanouissement de la conscience. Quelle belle promesse. Les vieux cristaux, qui dormaient dans la terre, chargés de la mémoire ancestrale de la formation de notre univers, semblent se réveiller pour participer au renouveau de notre siècle.

Composition : extrait aqueux d’ortie Urtica dioica* (99,4%) (connue depuis des siècles pour sa haute teneur en sels minéraux, silicium, calcium, …), acidifiant : acide citrique, huiles essentielles* : thym*, clou de girofle*, origan*, vinaigre de cidre*, extrait de pépins de pamplemousse*.