Boutique Biologiquement.comVertus bienfaits de l’ ortie bio

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 2.7/5]

Quantité d’articles apologétiques ont été écrits à propos de l’ortie bio antioxydant naturel puissant, notamment dans le cadre de ses applications jardinières. Ceci n’empêche pas que les bienfaits que nous offre cette “mal aimée” qui nous aime bien quand même, restent toujours aussi peu sollicités.

DES PIQUANTS QUI CACHENT MAL L’AMOUR

Est-ce à cause de son contact urticant que l’homme la méprise ? Et si cet abord rébarbatif n’était là que pour décourager les sots qui ne jugent la valeur des choses et des êtres que par leurs apparences, quitte à rater tous les bienfaits qu’ils pourraient leur procurer ? Car, à l’inverse des êtres humains, l’ortie ne pique que si on ne la prend pas à rebrousse-poil, c’est-à­dire en glissant une paume mi-fermée de bas en haut de sa tige.

En réalité, c’est bien plutôt en raison de son ignorance des choses de la nature que l’homme fait si peu de cas de cette merveille végétale qu’est l’ortie bio, aussi cet article arrive-t-il à point pour compenser cette indigne lacune.

SANTÉ

L’ortie bio est une source abondante de fer et ses feuilles sont employées dans l’industrie pour l’extraction de la chlorophylle, c’est dire si elle sont riches de ce pigment que l’on sait être doté d’une activité assainissante du milieu intestinal. La pureté intérieure gratuite ! Quand on sait le nombre de maladies qui profitent d’un milieu viscéral mal entretenu pour éclore, on ira vite faire “muqueuse neuve” grâce à l’ortie – qui purifie non seulement les entrailles, mais également le sang et le foie ; d’un tel nettoyage, il ne peut résulter qu’un teint plus éclatant, surtout si on complète cette toilette intérieure par des cataplasmes d’infusion de camomille sur le visage. Par ailleurs, à cause de sa richesse martiale et de son action anti-ménorragique, les femmes souffrant de règles trop abondantes gagneront à incorporer l’ortie bio dans leur alimentation habituelle, ne serait-ce que pour compenser leurs pertes en fer. Point d’anémie chez les mangeurs d’orties ! Qui plus est, riches en silice, ces mêmes orties bio crues et finement hachées seront utiles à la femme pour la prévention de l’ostéoporose, si possible en synergie avec des algues fraîches.

Pour nettoyer le système digestif et en améliorer le fonctionnement, on consommera cette adventice légume, légèrement cuite et coupée finement, que l’on mélangera intimement avec des pommes de terre cuites à l’eau et écrasées en purée, par exemple.

UN LARGE SPECTRE DE VERTUS CURATIVES

L’ortie bio, consommée d’une manière courante, en tant que légume au même statut que les autres, assainit le milieu interne, dissout les cristaux d’acide, draine le foie, évacue les rétentions liquides diverses, améliore les rhumatismes des grands carnivores, régénère le sang, fortifie le corps (en raison de sa richesse en minéraux variés et de ses oligo-éléments), tout ceci d’autant plus encore qu’elle ne souffre pas de certaines pratiques délétères infligées par les jardiniers (engrais et traitements pathogènes, par exemple). Nombre d’utilisateurs et d’auteurs attribuent également à notre ortie bio une efficacité observable contre les irrégularités glycémiques, contre les hémorroïdes, la goutte, les douleurs rhumatismales, contre l’oligurie et les troubles de la prostate, ainsi qu’une certaine prévention de la calvitie (cataplasmes sur la tête). Dans de nombreux pays, on utilise traditionnellement la décoction d’orties dont on imprègne un cataplasme destiné à arrêter les saignements divers. Des feuilles d’orties fraîches écrasées avec les doigts et placées dans le nez, par exemple, arrêtent aussitôt le saignement.

L’ORTIE ET LES PROBLEMES MASCULIN

Des études récentes ont confirmé la réalité de certaines vertus traditionnelles de l’ortie que l’on croyait folkloriques, notamment celles concernant la prostate. Selon la science médicale, l’inflammation et l’élargissement de la prostate sont due à la conversion, au sein de l’organisme, d’une partie de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT en abrégé). Or, des extraits concentrés de racines d’Urtica Dioica (orties), empêchent que la dihydrotestostérone ne s’attache sur les sites récepteurs des cellules de la prostate ; ce qui revient à dire que cette dernière ne subit pas l’impact négatif de cette DHT. D’autres plantes, telles que le prunier d’Afrique et le palmier scie inhibent, quant à elles, la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone, d’où leur association fréquente avec l’ortie. On y associe également l’huile de pépins de courge “Lady Godiva” dont on peut cultiver soi-même les graines, à consommer séchées ou sous forme d’un macérât huileux très riche en zinc d’origine végétale dont la prostate est “friande”. Les extraits de racines d’orties bio s’opposant à la conversion de la testostérone en un sous-produit nocif à la prostate, le DHT, il en résulte que davantage de testostérone devient de ce fait disponible pour la libido qui s’en trouve renforcée, puisque, comme on le sait, c’est la testostérone qui, au niveau physiologique, est responsable du désir. D’où sans doute cette réputation des graines d’orties bio à être aphrodisiaques, vraisemblablement aussi à cause de leur richesse en acétylcholine, un neurotransmetteur essentiel à la vie sexuelle.

L' ortie biologique un trésor de santé pour tous
L’ ortie biologique un trésor de santé pour tous

RÉFÉRENCES:

Koch E. and A. Biber, 1994, Pharmacological ­Effects of Saw Palmetto and Urtica Extracts for Benign Prostatic Hyperplasia, and sex drive – Urology 34 (2):90-95.

Quant aux effets régulateurs de l’ortie bio sur le taux de sucre sanguin, ils peuvent s’expliquer par la plus grande disponibilité de testostérone qu’elle rend possible à l’organisme, et dont les effets anti-diabétiques ont été récemment mis en lumière par certains chercheurs.

A la lecture de toutes ces vertus, on se demande bien comment on a pu, avec tant de désinvolture, fouler aux pieds une herbe si prodigue en bienfaits !

L’ALCOOLATURE DE RACINES D’ORTIES BIO

En arrachant des orties pour les faire sécher, ou pour les consommer, il est avantageux de couper les racines, c’est-à-dire ces petites terminaisons pauvrement dotées de filets radiculaires, de les laver, les faire sécher, et d’en mettre une bonne poignée dans environ 75 cc d’eau de vie. On peut également ajouter une petite poignée de graines de bruyère séchées, si on souffre d’irritation ou d’infections urinaires.
Faire mariner pendant quinze jours, en remuant vigoureusement une fois par jour. Filtrez. Boire une cuillerée à soupe chaque soir. (Prostate, libido, inflammation de l’urètre).
Pour la libido, il faut ramasser les graines à la poignée, en tirant dessus, les faire sécher en les étalant sur du papier dans un endroit très chaud, en plein été. En mélanger une cuillerée à soupe avec du miel d’acacia. Cure de trois semaines.

Note:
Peu de plantes aphrodisiaques ont d’effet sur les diabétiques

En conclusion, l’ortie bio peut soigner bien des misères du corps, et quoiqu’elle ne se pique point d’être anti-cancérigène, certains auteurs vont jusqu’à lui attribuer une telle vertu.

L’ORTIE AU COURTIL

Le purin d’orties bio, si cher aux jardiniers biodynamiques, ne sert pas qu’à lutter contre les pucerons.

L’ortie tamponne l’assimilation de l’azote par les plantes, soit qu’il s’agisse de l’azote apporté par l’homme sous sa forme minérale soluble (engrais chimiques), ou bien même celui issu d’une minéralisation intense des réserves humiques du sol ou des matières organiques que l’homme lui apporte sous forme de compost. Au cours de certains printemps particulièrement chauds et humides, après que le sol ait bien été travaillé, il se produit souvent une minéralisation massive de l’azote organique du sol, entraînant une vague de parasitisme et de maladies, tout comme en agriculture chimique intensive. Or, l’ortie tempère cette brutale absorption de nitrates, en l’étalant dans le temps, ce qui évite ainsi le parasitisme inhérent à une flambée de nitrates au sein de la plante. Officiellement, on ne connaît pas, d’une manière absolument certaine, l’articulation intime de ce processus. Mais peu importe dès l’instant que les apports d’azote deviennent plus pondérés, réduisant ainsi le nombre de maladies et de ravageurs des légumes, tout en leur offrant un goût plus subtil et plus prononcé. L’ortie est en effet une bonne source de potasse biodisponible sous une forme particulièrement avantageuse pour les plantes potagères, surtout en association avec la consoude de Russie. Il suffit d’en mettre quelques poignées coupées en morceaux ou pilées quelques jours après arrachage, au fond du trou de plantation des tomates, par exemple, pour s’en convaincre. En arrosages dilués, un tel purin ravive les plantes anémiées et blafardes et accentue la couleur des fleurs plantées en sol pauvre (potasse de source végétale). Il sert d’engrais de démarrage, du moins dès que le système radiculaire des plantes est suffisamment développé pour en tirer parti. Il constitue un engrais biologique aux effets indiscutablement visibles, notamment en arrosage au pied des plantes.

SAUVETAGE DE SCIONS MAL REPRIS

Si au printemps, voire en début d’été, on s’aperçoit que l’un de ses arbres plantés à l’automne, ou plus récemment, fait la moue et peine à bien démarrer, notamment parce qu’il est planté dans un endroit qui finalement ne lui convient pas, il est possible de l’arracher et de le replanter dans un grand pot, ou tout autre container suffisamment dimensionné, en insérant les racines dans un bon terreau bien imbibé d’eau. On enveloppera ensuite le scion d’un tissu que l’on imbibera régulièrement de purin d’orties. L’azote contenu dans cette macération, en synergie avec une multitude de micro nutriments catalytiques, sera directement absorbé par l’écorce du scion et compensera ainsi celui que les racines, non encore fixées dans le sol, ne peuvent lui apporter. Que de fois ai-je récupéré des scions déclinant vers la mort, dans mon “hôpital de jardin” grâce notamment à la thérapeutique végétale basée sur un tel purin d’orties, dont voici d’autres débouchés: repiquages (tremper les racines dans le purin, si possible mélangé avec un peu d’argile en poudre), trempage des graines, à faire ensuite sécher avant le semis, arrosage du sillon de vos semis…

Tout au long de la saison de jardinage, arrosez vos plantes, au pied et sur le feuillage, avec du purin d’orties. Vous n’aurez plus besoin d’engrais, ni chimiques ni autres !

CULINAIRE

L’ortie bio n’est pas habituellement perçue en tant que légume, comme le sont par exemple l’oseille ou les épinards. Mais il en était de même de la tomate, légume-fruit si apprécié de nos jours et qui n’était pourtant considéré que comme une simple plante ornementale et toxique il y a à peine deux siècles ! Il convient donc d’inscrire dans nos mentalités l’idée que l’ortie est un légume, c’est-à-dire un végétal nutritif et surtout thérapeutique à introduire dans son mode d’alimentation habituel. Au besoin, cultivez-la dans votre potager, à l’ombre, dans un sol riche en azote et plutôt frais. Il suffit, en fin d’hiver, d’aller arracher quelques pieds dans la nature, de les couper à une dizaine de centimètres, et de les planter en veillant à ce que le sol reste humide jusqu’à la reprise. Ne fertilisez pas votre ortie bio, ce qui ne vous empêche pas de déposer des bouts de ferraille à ses pieds, elle condensera ainsi le fer, dont elle est gourmande, et dont votre sang peut avoir besoin, surtout si vous êtes une femme.

PARTIES UTILISÉES

Les premières feuilles tendres du printemps, alors que les jeunes pousses ne sont pas encore trop urticantes et que l’on peut les hacher finement, sous forme crue avec de la salade, par exemple, ou avec des algues ; mais également les feuilles disponibles pendant toute l’année, ainsi que les racines, en automne. Séchage des feuilles suspendues au fil à linge, alors que le soleil est au zénith, ou en serre. Il est avantageux de faire sécher, de la même façon, des feuilles de basilic et de les mélanger à la poudre d’orties bio, à saupoudrer sur ses aliments. On peut consommer l’ortie bio en potage, avec de l’oseille, ou cuite une dizaine d’heures après la récolte (nettoyage intestinal) de la même façon que les poireaux en vinaigrette.

Trouvez vous-mêmes des applications culinaires à ce légume gratuit. Vous constaterez que, culinairement parlant, l’ortie bio et l’oseille se marient fort bien ensemble. Vous aurez des vitamines et des minéraux à bon marché et une cure de trois semaines vous remettra d’aplomb, votre organisme étant débarrassé de tous les cumuls métaboliques engendrés au cours de l’hiver, avec ses excès glucidiques, surtout si vous y associez des pissenlits.

Boutique Biologiquement.comLe purin d’ orties bio : Pourquoi et comment ?

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’ortie bio antioxydant naturel puissant (Urtica) fait partie de la famille des Urticacées. L’ortie est un très bon activateur de compost, là où il se trouve, les plantes sont plus vives, plus belles et il fait un très bon purin.

Le purin d’orties, ou extrait fermenté d’orties, est utilisé de longue date comme produit naturel. Il est peu onéreux et peut être fabriqué à la maison. Il est obtenu par la macération puis fermentation de feuilles d’orties dans de l’eau. Le mélange ainsi obtenu peut être utilisé après filtration et éventuellement dilution en engrais (directement en arrosage aux pieds des plantes), en stimulant des défenses des plantes (éliciteur) ou en insecticide/insectifuge (il agit comme un répulsif).

Pourquoi utiliser du purin d’orties ?

Les utilisations du purin d’orties sont multiples dans le jardin. Les dilutions sont différentes selon l’emploi.

Très bon engrais

Le purin d’orties constitue un excellent engrais. Il rend les plantes plus belles, active leur croissance et leur productivité.

Éliciteur

Le purin d’orties, est un éliciteur, c’est à dire qu’il contient une molécule produite par un agent phytopathogène qui permet de déclencher des mécanismes de défenses des plantes.

Insecticide

Le purin d’orties bio est un très bon insectifuge. Il débarrasse des insectes sans les tuer mais en les repoussant. Il est très efficace notamment contre les pucerons.

Fongicide

Le purin d’ortie bio est un très bon fongicide. Il lutte contre des maladies comme le mildiou.

Fabrication et ingrédients

Pour fabriquer son purin d’orties bio, il faut faire macérer 1kg de feuilles de grandes orties hachées grossièrement pour 10 litres d’eau.

Il faut de préférence utiliser de jeunes pousses qui ne sont pas encore montées en graines.

Laissez ensuite macérer et fermenter 15 jours 20°. vous pouvez réduire le nombre de jours ou l’augmenter selon la température extérieure.

Exemple : 5 jours à 30° ou 20/25 jours à 10°.

Il faut brasser le mélange tous les jours. De petites bulles remontent à la surface lors du brassage. Lorsqu’il n’y a plus de bulle, cela signifie que la fermentation est terminée et que le mélange est prêt.

Si vous ne l’utilisez pas de suite, filtrez le mélange et conservez le dans un grand bidon opaque ou à l’abri de la lumière.

Si vous n’avez pas d’orties bio, vous pouvez acheter des orties en granulés bio.

Le purin d’ orties bio : Pourquoi et comment ?
Le purin d’ orties bio : Pourquoi et comment ?

Utilisation du purin d’orties bio

Attention, le purin d’orties bio n’est pas efficace en cas de sécheresse. Veillez à ce que les plantes aient un apport en eau suffisant.

Comme fongicide

Utilisez une préparation diluée à 20% (2 litres de purin pour 10 litres d’eau).

A pulvériser sur le sol, pour lutter contre les maladies cryptogamiques, les champignons, algues, lichens, … (comme le mildiou)

Comme insecticide / insectifuge

Utilisez une préparation diluée à 10% (1 litre de purin pour 10 litres d’eau).

Vous pouvez pulvériser finement ce mélange sur les feuilles pour lutter contre les insectes comme les pucerons.

Sur les solanées, les tomates et les pommes de terre, une pulvérisation est déconseillée. Il est préférable d’arroser aux pieds des plantes avec une solution à 20% de purin.

En engrais fertilisant

Utilisez une préparation diluée à 10% (1 litre de purin pour 10 litres d’eau) et arrosez aux pieds des plantes.

Vous pouvez utiliser une dilution à 20% en épandage, comme fumure de fond, avant plantation.

Comme fortifiant

En pulvérisation sur vos plantes avec une dilution de 3% à 5% (0,3l à 0,5l pour 10 litres d’eau) cela fortifiera les plantes et activera leur croissance.

Comme activateur de compost

Sans dilution, utilisez votre purin comme activateur de compost.

Contre les taupes

Versez du purin pur dans chaque trou et les taupes s’enfuiront.

Conseil : évitez d’utiliser le purin d’orties bio sur les plantes en fleur, car sa concentration élevée en azote favorisera le feuillage au détriment des fleurs.

Attention à ne pas débarrasser votre jardin des orties. Ils sont bénéfiques pour votre jardin et vous permettront de refaire du purin.

Conseil : Ne faites pas une utilisation abusive du purin d’orties ou avec des concentrations trop élevées. Cela aurait un effet contraire à celui recherché.

Composition du purin d’orties bio

Ci-dessous la composition du purin d’orties en minéraux (en ppm – partie par millions)

Azote total :595
Azote nitrique : 5
Azote amoniacal : 240
Azote organique : 350
Phosphate : 20
Potassium : 630
Calcium : 730
Magnésium : 80
Sulfate : 50
Fer : 2,5
Bien entendu, cette composition peut varier selon la provenance de l’ortie bio utilisé et de la période de l’année. Les chiffres indiqués sont des moyennes.

Le purin d’orties est riche en azote, pauvre en phosphore et sa richesse en fer est exceptionnelle.

Débats et avis divergents

Depuis 2006 et une loi interdisant la fabrication et la vente de produits phyto-sanitaires non homologués, les débats sont nombreux sur Internet.

Certains disent que le purin d’ortiesbio  est aussi dangereux que des produits dits « chimiques » … Les défenseurs de la nature au contrairent affirment que c’est sans risque, car naturel, et que les processus d’homologation doivent être simplifiés, notamment pour les productions bio.

Certes le purin d’ortie bio est un produit naturel, mais le pétrole n’est-il pas lui aussi un produit naturel ? Pourtant il peut-être dévastateur ! Naturel ne signifie pas inoffensif. De même pour l’eau douce, qui est on ne peut plus naturelle, pourtant, sortie de son milieu et mise au contact de l’eau de mer elle peut s’avérer néfaste.

Le purin d’ortie bio a prouvé son efficacité et ceux qui l’utilisent en disent le plus grand bien. Les bienfaits pour les potagers sont nombreux et son utilisation ne semble pas présenter de dangers sur la santé.

L’homologation permet, entre autre, de vérifier que l’utilisation d’un produit, même naturel, ne nuit pas à l’environnement et ne présente pas d’effets collatéraux dangereux pour l’écosystème. Utilisé de manière sporadique dans nos jardins, c’est une chose, mais si l’utilisation du purin d’ortie est faite à grande échelle dans les champs et en grande quantité, ne risque-t-on pas de voir des phénomènes non souhaités ?

Boutique Biologiquement.comRecette du purin d’ortie bio : intérêts et avantages utilisation

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 2/5]

Définition générale de l’ortie bio et recette du purin d’ortie bio

Le purin d’orties bio est un répulsif naturel pour les pucerons et les acariens et sert également d’engrais.

Il stimule la croissance, renforçant ainsi les défenses naturelles des plantes. Il peut être ainsi utilisé aussi en prévention contre certaines maladies des plantes. Le purin d’orie sert aussi à revigorer des arbres souffrant de carences ou bloqués par la terre.

Enfin, c’est, un accélérateur de décomposition du compost.

Le purin est obtenu par fermentation dont la durée est dépendante de la température. Il est riche en azote, en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Le premier de ses mérites est surtout d’être un produit naturel à double emploi (engrais et répulsif), en ces temps où les produits de synthèse envahissent nos jardins !

Recette du purin d'ortie bio
Recette du purin d’ortie bio

Fabrication et ingrédients :

La meilleure période pour la préparation du purin d’orties bio est la mi-Avril puis Septembre.

Fauchez 1 kg d’orties (avant qu’ils soient montées en graines) et sans les racines ni les fleurs, puis hachez-les en petits morceaux dans 10 litres d’eau (de pluie de préférence).

Le dosage est d’environ 10L d’eau pour 1 à 1,5 kilogramme d’orties fraiches bio (ou par 100 à 150 grammes d’orties sèches).

Mettez-le tout dans un bac en plastique (ou en bois mais surtout pas en métal car possibilité de pollution du purin et de la fermentation par certains métaux). Couvrez le bac.

Laissez macérer 3-4 jours à environ 18 à 20°C pour l’utiliser comme répulsif.

Laissez macérer 15 jours à 18 à 20°C pour une utilisation en tant qu’engrais.

Durant la macération, veillez à mélanger tous les 2 à 3 jours. Tant que de petites bulles apparaissent lorsque vous brassez, c’est que la fermentation n’est pas achevée. Celle-ci dure d’une à 2 semaines selon la température ambiante (plus rapide s’il fait chaud). Suivant les régions, quelques témoins du bon déroulement de la transformation apparaîssent : ce sont des petits vers blanc dotés d’un aiguillon. À ce moment là, il est prêt à l’emploi.

Laissez-la dans un coin à l’extérieur car l’odeur produite est plutôt désagréable.

Pour une utilisation phytosanitaire, filtrez, à l’aide d’un vieux tissus par exemple, le contenu du filtre est à mettre au compost (cela accélérera le compostage). Le dosage dépend de l’utilisation (voir plus bas). Attention le purin d’ortie bio est agressif avec la peau, à manipuler avec précaution.

Utilisation

1)Conseils généraux

a) Attention, le produit obtenu est très concentré! A manipuler avec précaution.
b) Évitez la distribution aux plantes en fleurs, car sa forte contenance en azote favorisera le feuillage au détriment de la floraison.
c) Préférez donc son utilisation pendant le printemps au moment ou la végétation redémarre ou après la fructification ou la floraison pour aider les plantes à refaire leurs réserves avant l’hiver.

2)Utilisations et dosages.

Filtration (dépend du mode d’application) :
a) Avec un arosoir : filtration grossiere (vieille chaussette)
b) Avec un un pulvérisateur, filtration fine nécessaire (tissu à mailles plus fines)
c)Pour conservation : une filtration fine est nécessaire (afin d’arreter la fermentation)

Application et utilisations :

a) Contre les parasites végétaux : diluer avec de l’eau de pluie 2 litres de purin pour 10 litres d’eau : en pulvérisation sur le sol contre les maladies cryptogamiques -champignons, algues, lichens- comme le mildiou.
b) Contre les insectes et parasites animaux : diluer 1 litre de purin pour 10 à 20 litres d’eau suivant la concentration des parasites. Pulvérisez finement sur les feuilles, utile principalement contre les pucerons.
c)Utilisation en engrais en tant qu’activateur de croissance : dilution à 2 litre de purin pour 10 litres d’eau, arrosez vos plantes tous les 15 jours au début de la saison, grâce à la richesse en sels minéraux.
d) Le purin d’orie sert aussi à revigorer des arbres souffrant de carences ou bloqués par la terre. Agissez de la manière suivante : préparez votre purin apres la récolte de Septembre. Dilué le à 1 pour 10. Tracez au sol un cercle de la circonférence égale au houppier que forment les plus grosses branches de l’arbre. faites un trou de 20 à 30 cm, chaque mètre, en suivant le cercle et versez-y du purin pendant 1 mois, puis tous les 15 jours jusqu’à l’hiver.
e) Activateur de compost : à utiliser pur (la filtration n’est dans ce cas pas nécessaire).

Conservation :

Le purin d’ortie bio, bien filtré, se conserve au frais près d’un an au garage ou au sous-sol à l’abris de la lumière dans des bouteilles hermétiquement fermées pour éviter que la fermentation ne reparte.