Boutique Biologiquement.comL’ortie, des usages autrefois très variés !

  Posté par ortie       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 3.3/5]

Considérée par beaucoup comme la mauvaise herbe par excellence, l’ortie bio.se rencontre un peu partout dans les champs, friches, potagers et forêts. L’homme en a trouvé de multiples usages, même si la plupart ont été abandonnés aujourd’hui.

L’ortie (Urtica dioïca L.) a tout d’abord été consommée. Elle est d’ailleurs particulièrement riche en fer et vitamines A et C. Elle a aussi beaucoup été utilisée dans la pharmacopée dès l’Antiquité pour ses propriétés antidiarrhéïques, diurétiques et fortifiantes. On l’a aussi employée contre les troubles du foie et les ulcères à l’estomac, et même comme aphrodisiaque !
Les utilisations de cette plante ne s’arrêtent pas là. Les fibres de la tige ont servi à fabriquer des cordes, des filets et du tissu considéré comme très beau et résistant. Ainsi, Ötzi, le célèbre homme des glaces (-3350 / -3100 av. J-C) retrouvé à la frontière Italie-Suisse, possédait un poignard en silex avec un fourreau réalisé en fibres d’ortie. Aujourd’hui, l’ortie n’est guère plus utilisée dans le textile que pour réaliser des étamines servant à égoutter certains fromages lors de leur fabrication.
L’ortie a aussi été utilisée comme plante tinctoriale pour laine et tissus. Plusieurs couleurs variant entre le jaune et le vert peuvent être obtenues. Elle a même servi au XVIIIe siècle en Moselle pour teindre des œufs de Pâques en jaune.
Enfin, on fabrique un beau papier artisanal avec des fibres d’ortie.

L’ortie, des usages autrefois très variés !
L’ortie, des usages autrefois très variés !

Extrait de Victor Hugo, Les Misérables, 1862. (Première partie : Fantine, Livre V : La descente, Chapitre 3 : Sommes déposées chez Lafitte).

« Un jour il voyait des gens du pays très occupés à arracher des orties. Il regarda ce tas de plantes déracinées et déjà desséchées, et dit : – C’est mort. Cela serait pourtant bon si l’on savait s’en servir. Quand l’ortie est jeune, la feuille est un légume excellent ; quand elle vieillit, elle a des filaments et des fibres comme le chanvre et le lin. La toile d’ortie vaut la toile de chanvre. Hachée, l’ortie est bonne pour la volaille ; broyée, elle est bonne pour les bêtes à cornes. La graine de l’ortie mêlée au fourrage donne du luisant au poil des animaux ; la racine mêlée au sel produit une belle couleur jaune. C’est du reste un excellent foin qu’on peut faucher deux fois.

Et que faut-il à l’ortie ? Peu de terre, nul soin, nulle culture. Seulement la graine tombe à mesure qu’elle mûrit, et est difficile à récolter. Voilà tout. Avec quelque peine qu’on prendrait, l’ortie serait utile ; on la néglige, elle devient nuisible. Alors on la tue. Que d’hommes ressemblent à l’ortie ! – Il ajouta après un silence : Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *